L’apôtre Paul a fait l’expérience de la puissance du Saint-Esprit chez les chrétiens de Thessalonique. Dans la lettre qu’il leur a adressée, il se souvient : Notre Évangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit saint et avec une pleine conviction (1 Thessaloniciens 1:5).

Le mot que Paul utilise pour désigner la puissance est le même que celui utilisé dans le Nouveau Testament pour désigner les miracles. Et ce, souvent en rapport avec une guérison visible de la part de Dieu.

Ce genre de miracles et de guérisons étaient fréquents dans le ministère de Paul. Mais ici, nous découvrons quelque chose de très intéressant. Si nous lisons attentivement le récit de la visite de Paul à Thessalonique au chapitre 17 des Actes des Apôtres, nous constatons qu’il n’y est fait mention d’aucune guérison physique ni d’aucun miracle visible. 

Qu’a donc fait le Saint-Esprit parmi les croyants de Thessalonique ? Il a agi avec puissance pendant que la Parole de Dieu était prêchée. Il n’y a pas eu de signe extérieur et visible de sa puissance, mais plutôt un miracle intérieur, invisible. 

Paul écrit ensuite : Notre Évangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit saint et avec une pleine conviction. Vous savez en effet comment nous nous sommes comportés parmi vous à cause de vous. Vous-mêmes, vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur en accueillant la parole au milieu de grandes difficultés, avec la joie du Saint-Esprit (1 Thessaloniciens 1:5-6).

La force qui s’est manifestée à Thessalonique consistait en une action intérieure et puissante du Saint-Esprit, qui a donné aux croyants une profonde certitude et une joie durable. C’était quelque chose de surnaturel. C’était profond. C’était authentique. 

Lorsque les Thessaloniciens ont entendu la proclamation de l’Évangile, le Saint-Esprit leur a donné la certitude intérieure, sans équivoque et puissante, que ce message était conforme à la vérité. Puis, après l’avoir accepté et y avoir cru, le Saint-Esprit leur a donné la profonde certitude qu’ils appartenaient désormais au Seigneur. En d’autres termes, ils savaient vraiment qu’ils étaient sauvés. Ils ne l’espéraient pas seulement. Ils le savaient avec une certitude absolue. 

Dans ses épîtres, l’apôtre Jean parle également de cette action puissante et intérieure du Saint-Esprit : Nous reconnaissons qu’il demeure en nous à l’Esprit qu’il nous a donné (1 Jean 3:24 seconde partie). Il est fondamental, selon lui, que cette déclaration soit comprise, car il la répète encore une fois au chapitre suivant : Nous reconnaissons que nous demeurons en lui et qu’il demeure en nous au fait qu’il nous a donné de son Esprit (1 Jean 4:13).

Ne sous-estimez jamais la puissance du Saint-Esprit, par laquelle il agit au plus profond de vous et vous convainc que vous avez besoin de Jésus et que vous êtes un enfant de Dieu ! Je n’ai jamais douté de mon salut depuis que j’ai dit « oui » à Jésus, il y a plus de quarante ans, dans une petite église missionnaire de l’Oregon. Et Dieu souhaite que vous viviez la même chose – que vous sachiez avec certitude que vous êtes sauvé. 

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu as aimé cet article ?

N’hésitez pas à la partager sur les médias sociaux ou à le faire suivre pour encourager les autres.

Cela pourrait aussi vous intéresser
Émission de la semaine

Votre foi est-elle vivante ou morte ? – Harrison Conley

Soutiens notre travail

Joins-toi à nous pour apporter de l’espoir aux gens à domicile !

Nous considérons que c'est un privilège de pouvoir apporter aux personnes une nouvelle espérance à travers la Parole de Dieu.