L’un des exemples les plus parlants se trouve dans Jean 14:1-3, où Jésus dit :

Que votre cœur  ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.

Je sais que beaucoup de gens imaginent Jésus au ciel avec un marteau, une scie et quelques cales en bois, préparant nos maisons et installant des fenêtres en saphir et en diamant dans les salles de bains. Mais ce n’est pas du tout ce que Jésus voulait dire ici. 

Le mot maison signifie littéralement « foyer » ou « famille ». C’est ainsi que ce mot est traduit dans tout le Nouveau Testament. Le mot grec demeures signifie simplement « résidence ». Ici, Jésus dit donc : « dans la maison de mon père, il y a plusieurs résidences ». Jésus nous prépare une place dans la famille de son Père. Il ne s’agit pas d’un lieu physique, mais d’une relation étroite avec le père. « … afin que là où je suis vous y soyez aussi ». Vous et moi pouvons jouir de la même relation que celle que Jésus a avec son père.

Lorsque j’avais environ six ans, je me suis rendu à vélo chez un ami. Nous étions assis dans sa chambre à jouer avec l’un de ces petits flippers en plastique bon marché. Celui-là n’avait probablement pas coûté plus de cinq dollars. Le père de mon ami, que je n’avais encore jamais rencontré, entra dans la pièce, me regarda et dit : « Mon garçon, si tu casses ce jeu, je te brise le cou. » Puis il repartit. Je dis alors : « Pouvons-nous faire autre chose ? Je n’ai plus envie de jouer à ce jeu. » Mon ami répondit : « D’accord, allons nous amuser au garage. »

Nous sommes allés au garage. Mon ami grimpa sur l’établi et décrocha une scie. Puis il serra un morceau de bois dans l’étau et commença à scier. À un moment donné, il dit : « Bayless, veux-tu essayer aussi ? » Je répondis : « Oui. » Mais à peine avais-je commencé à scier que la lame de scie se cassa. Je me suis enfui, j’ai sauté sur mon vélo et je suis rentré chez moi aussi vite que possible. Je me souviens avoir laissé tomber mon vélo dans l’allée et avoir couru dans ma chambre, où je me suis blotti contre le mur en pleurant. J’étais convaincu que ce grand homme me briserait le cou. Mon père est entré et me demanda ce qui n’allait pas. Je lui ai raconté tout ce qui s’était passé. Il alla parler au père de l’autre garçon et mon cou resta entier !

L’image que j’avais de cet homme est l’image que beaucoup de gens ont de Dieu – il est en colère et menaçant, attendant simplement que nous commettions une erreur pour pouvoir laisser quelque chose de mal se produire dans nos vies ou refuser quelque chose de bien. Mais en réalité, c’est exactement le contraire. Quelques versets plus loin, Jésus nous dit, dans Jean 14:7 : Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.La compassion et la miséricorde que nous voyons dans la vie et le ministère de Jésus nous montrent ce que le Père ressent et pense à votre égard.  

Oui, nous devons montrer beaucoup de respect à notre Père céleste et l’honorer. Il est le créateur de l’univers, celui qui a créé les étoiles et les a placées dans le ciel. Mais si nous faisons partie de sa famille, il est aussi notre papa. Jésus est justement venu pour nous permettre d’avoir cette relation. Ainsi dit-il dans Jean 14:6 : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. 

Si vous pensez que vous devez tout réussir avant de pouvoir venir à Dieu, vous n’y arriverez jamais. Vous ne pouvez pas vous qualifier vous-même pour cela. Vous n’êtes pas accepté dans la famille de Dieu par vos œuvres, mais par la foi (cf. Ephésiens 2:8-9). Cela signifie que vous n’avez pas à fuir lorsque vous cassez une scie. Votre père céleste n’attend pas de pouvoir vous punir. Non, bien au contraire, il vous a déjà accepté et appelé son enfant, grâce à ce que Jésus a accompli ! 

Lorsque vous prendrez conscience de ce statut immérité que vous occupez dans la famille de Dieu, cela changera votre façon de vivre. Cela changera votre façon de prier, vos relations avec les autres et votre manière d’affronter les difficultés. 

Je prie pour que ces paroles vous encouragent à faire confiance à la bonté de Dieu et à vous reposer dans son amour de père pour vous. 

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu as aimé cet article ?

N’hésitez pas à la partager sur les médias sociaux ou à le faire suivre pour encourager les autres.

Cela pourrait aussi vous intéresser
Émission de la semaine

Vous fiez-vous à Dieu ou à votre sagesse ? (2)

Soutiens notre travail

Joins-toi à nous pour apporter de l’espoir aux gens à domicile !

Nous considérons que c'est un privilège de pouvoir apporter aux personnes une nouvelle espérance à travers la Parole de Dieu.